Un nouveau collectif fait son apparition dans le paysage des soirées parisiennes. Ca s’appelle Intrusion, et le 09 Juin prochain, le crew a décidé de lancer son aventure événementielle. A base de gros noms du monde de l’indus’ et artistes reconnus pour leurs qualités artistique, cette line-up va en faire rougir plus d’un. On a donc pu discuter afin de savoir le pourquoi du comment.

 

Est-ce que vous pourriez vous présenter et présenter le concept Intrusion aux lecteurs ?

Intrusion est un collectif fondé tout récemment par certains membres du PLS Gang. Pendant plusieurs années on a organisé des raves un peu partout en région Parisienne, en particulier dans des lieux atypiques comme des Bunker, des anciens entrepôts de la SNCF, des warehouses abandonnés ou encore à l’intérieur d’un pont. Et puis on a voulu voir plus gros : on voulait apporter notre vision sur la scène techno, et faire les choses dans les règles.

 

Dans quel univers se déroulent vos soirées ?

Pour ce qui est de l’univers, on a envie d’apporter la touche PLS Gang dans Intrusion c’est-à-dire une ambiance familiale et bon enfant et une programmation éclectique allant de la micro house à la techno industrielle.

 

Ligne conductrice du collectif ?

Notre but à terme est de pouvoir proposer des line-ups super pointus dans les styles qu’on affectionne, mais pour ça on a d’abord besoin de gagner en crédibilité aux yeux du grand public. Du coup on essaye de mêler gros headliners et jeunes artistes prometteurs dans notre programmation, on espère que grâce à nos soirées les gens découvriront des artistes, des labels, ou pourquoi pas même des genres à part entière.

Et puis comme on l’a dit plus haut, on mise aussi beaucoup sur l’ambiance générale de la soirée parce que la programmation, le lieu ou le système son ne suffisent pas à faire passer aux gens une bonne soirée. On va tout mettre en œuvre pour que les gens passent la soirée la plus agréable possible, sur tous les plans. Avant d’être des organisateurs, on est surtout des gros kiffeurs de soirées, on connait les ingrédients nécessaires à la réussite d’un event et compte bien tout mettre en œuvre pour parvenir à nos fins.

 

Pourriez-vous nous parlez de votre prochain événement le 9 Juin prochain ?

Pour notre première édition, on a tenait vraiment à mettre en lumière la jeunesse. On a donc invité le jeune label Wrongnotes représenté par Gijensu, Makornik, Paramod, Draugr et FUERR, ainsi que JKS de Molekül, label qui est en train de tout casser sur la scène européenne. Pour ce qui est du headliner on a invité un artiste qu’on affectionne particulièrement, que ce soit en tant que producteur ou en tant que DJ : Endlec. Et pour finir on annoncera notre dernier secret guest d’ici quelques jours.

Pour notre deuxième scène on a invité nos amis de La Carte Son qui balanceront de la grosse micro/minimal toute la soirée. Les amateurs du genre apprécieront !

Enfin pour notre scène 3 on se devait d’inviter la famille, à savoir le PLS Gang.

 

 

 

 

Ce que vous aimeriez apporter en plus sur vos events ?

Comme on l’a dit précédemment on compte vraiment apporter l’ambiance des PLS à nos soirées, l’esprit bon enfant et familial qui était un peu notre marque de fabrique, ceux qui y ont déjà assisté savent de quoi on parle. De plus on va essayer à terme de proposer des progra de plus en plus pointues, peut être faire des scènes secondaires avec des styles expérimentaux ou du noise et de l’ambiant. On a déjà plein d’idées mais on verra ce qu’on pourra mettre en place dans le futur, tout dépend de la réussite de la première édition !

 

Vous n’avez pas peur de galérer avec tous les collectifs qui sont aujourd’hui sur le marché ?

Justement on compte bien se faire une place dans ce paysage bien fourni, car on trouve que les organisateurs prennent de moins en moins de risques sur leurs line ups : on voit trop souvent les mêmes noms sur Paris, ça en devient lassant. Ca devient de plus en plus rare de découvrir des artistes, on trouve ça dommage et on compte y remédier en se démarquant par notre direction artistique.

Bien sur on ne prétend pas que notre premier line-up est révolutionnaire, on a surtout essayé de proposer quelque chose de cohérent pour cette édition, mais on vous promet qu’on vous réserve pas mal de surprises pour celles qui suivent.

 

 Un collectif avec qui vous souhaiteriez collab’ pour un gros event ?

Dans nos rêves on aimerait travaillés avec Unpolished (Reaktor), leurs progras sont toujours surprenantes et novatrices. Y’a de vraies prises de risques et on kiffe ça. Dans le futur on aimerait se rapprocher de leur direction artistique, mais comme on dit chaque chose en son temps.

 

Plutôt club ou warehouse 1200m2 ?

Warehouses, mais pas n’importe lesquels ! On aime les lieux spacieux évidemment, on trouve les clubs trop oppressants, onéreux et liberticides. Après on tient à ce que les lieux aient du cachet, du charme : les immenses warehouses avec rien d’autre que 4 murs de taule on trouve ça froid et austère, ça donne pas envie de s’y éterniser. Du coup on dirait qu’on préfère un petit warehouse atypique qu’un immense hangar sans charme.

 

Le point clé d’une soirée réussie ?

A vrai dire il n’y a pas un seul point clé, c’est plutôt un ensemble de choses. Pour commencer on dirait l’ambiance, puis la progra et le système son. Parce qu’on peut passer une très bonne soirée sans qu’il y ait nécessairement une line up de folie, mais qu’une soirée avec une progra folle mais une ambiance de merde sera rarement une bonne soirée.

 

Artistes que vous souhaiteriez liner ?

Surprise !

 

Votre avis sur la scène techno actuelle, ce qui se fait sur Paris et en France ?

On a une scène techno en plein boom actuellement, des nouveaux artistes sortent de partout et c’est vraiment cool. Y’a quelques années Paris était une ville morte la nuit pour les amateurs de musique électronique, mais aujourd’hui on est une des villes qui bouge le plus dans le monde et c’est vraiment quelque chose de positif.

 

Vous en pensez quoi du regard du grand public (non connaisseur de techno) sur la scène techno ?

Le problème avec le succès de la techno à Paris, c’est que ça apporte aussi un public qui n’est pas forcément sensible à la techno et à ses valeurs. Pas mal de gens se comportent mal en soirée et on trouve ça nocif pour le milieu et l’image que la scène renvoie.

 

INTRUSION_01 – 09/06/2018