Search

Techno & Street Art : une alchimie des sens

Véritables exutoires d’une population hédoniste, contestataire et volontairement en marge de la société, la techno et le street art sont les étendards d’une contre-culture sous-terraine et libertaire dont les codes d’expressions, pourtant très singuliers, se rejoignent sur de nombreux points.

Street art et techno, deux mouvements fusionnels ?

Le street art et la techno font d’abord la place belle à l’imagination de leurs maîtres respectifs dans des endroits souvent peu conventionnels. La techno dite underground est en effet connue pour célébrer sa musique dans des lieux désertés, sombres et déroutants. L’infrastructure de ces endroits et la manière dont ils laissent une empreinte indélébile chez ceux qui les traversent peut faire écho aux lieux industriels et sauvages également exploités par le street art.

En outre, les deux mouvements partagent des valeurs communes, libertaires et anticonformistes, qui les mènent tous deux souvent vers l’illégalité, la prise de risque et le plaisir de célébrer un art sans penser aux lois qui les brident au quotidien. Ephémères, ils célèbrent un moment sans lendemain ; ensemble, ils s’enrichissent et se prolongent.

Photo by Martin (mrtnpro) on Unsplash

" Mais qui, lorsque la magie d’une fresque colorée apparaît à la première lueur du jour, n’a pas déjà quitté son statut de tapeur du pied acharné pour devenir simple spectateur d’une expérience sensorielle mémorable ? "

Et lorsque ces deux mouvements artistiques se rejoignent, leur fusion peut faire de sacrées étincelles.

Les fresques murales d’une cave ou d’un entrepôt peuvent contribuer à prolonger l’immersion du teufeur dans l’ambiance caverneuse déjà créée par la musique et les murs qui l’accueillent. Dans la pénombre et le tumulte d’une techno endiablée, il est certes difficile de discerner clairement les œuvres réalisées sur ces murs, seulement dévoilées lorsque le peu de lumière présente illumine un bref instant le graph d’un artiste inconnu. Mais qui, lorsque la magie d’une fresque colorée apparait à la première lueur du jour, n’a pas déjà quitté son statut de tapeur du pied acharné pour devenir simple spectateur d’une expérience sensorielle mémorable ?

Le Trésor, club techno mythique de Berlin, qui investit une ancienne centrale électrique désaffectée : https://tresorberlin.com/

L’alchimie entre le street art et la techno a cette particularité que l’on ne peut trouver dans d’autres mouvements. Similaires dans leurs origines et leurs philosophies, c’est lorsque la fougue d’un dessin se mêle aux ambiances d’une rave sans fin que leur affinité sulfureuse est dévoilée. 

Photo prise à la Messe de l'Ombre II (Shadow Odissey)

Credits :
Header photo : Hieu vu Minh on Unsplash
Photo 1 : Martin (mrtnpro) on Unsplash
Photo 2 : Tresor Club on dancingastronaut.com/
Photo 3 : Tresor Club on factmag.com

Close
Shadow Odissey © Copyright 2019. All rights reserved.
Close