Le Made Festival de Rennes

u 23 au 26 mai dernier c’est à Rennes que l’on retrouvait pour sa quatrième édition le Made Festival. Signant le grand retour de l’open air du Parc des Gayeulles, c’est en investissant de nombreux lieux et bars que la capitale Bretonne a vibré au rythme de ce festival.

C’est durant un week-end des plus ensoleillé (oui vous avez bien lu ensoleillé) que cette édition s’est déroulée. Avec des artistes locaux ou confirmés de la scène électronique française et internationale, le festival a de nouveau su asseoir sa réputation de festival éclectique et chaleureux. Le Made, avec 4 ans d’âge seulement, est devenu un lieu de rendez-vous immanquable de la culture électro. Chaque année, il réussit son pari de programmer des artistes émergents ou bien établis, croisant les styles de musique électronique et passant de la house de Folamour à la techno de Dax J.

Line-up ouverte alliant house, techno mainstream et plus pointue

Les festivités ont réellement débuté le vendredi 24 mai au 1988 Live Club, qui affichait complet, où l’on a pu goûter la techno so british du londonien Benjamin Damage et le set techno épuré et puissant de la DJ berlinoise La Fraicheur.

La nouveauté de cette édition s’est traduite par la volonté de proposer plusieurs formats de clubbing. A la fois dans des endroits intimistes comme les bars et le fameux « huit huit » (1988), c’est aussi en plein air que l’on a pu retrouver des vibes house avec le  français Brawther, le duo danois Detroit Swindle, et Pasteur Charles. Ci-dessous quelques photos de l’ambiance de la première journée au 1988 :

Le Made Festival, coop de booster sur la Bretagne

Avec une scène supplémentaire cette année, direction le Parc des expositions pour le main event qui a eu lieu le samedi. Neuf artistes se sont partagés l’affiche disco-house avec The Reflex, Chez Damier, Breakbot mais aussi le discoman Folamour. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, c’est en diversifiant les styles que le festival a castagné avec des grands noms de la techno comme le mastodonte Dax J ou Anastasia Kristensen, le tout accompagné d’un show visuel de qualité.

En proposant de nombreux événement off au Chantier, au Sur Mesure, à la Contrescarpe ou encore au Café des Champs libres, le festival permet de faire rayonner la musique électronique auprès d’un large public et de faire œuvrer les petits collectifs et leurs artistes. Grâce à un appel à projet lancé par le Made en janvier, l’association de foufous Comme ça, – avec leurs soirées saupoudrées de musiques sucrées et entraînantes – ou encore Astral Tofu – qui organise des événements autour des musiques électroniques et des arts graphiques à Rennes – ont pu collaborer avec le festival. Comme un symbole du potentiel des synergies entre les petits acteurs de la fête et de la bienveillance d’un des futurs grands événements de Bretagne.

En clôture, le Made Festival s’est offert la jeune pousse française Heaven, le jeune prodige breton Blutch et T.O.M, figure emblématique de la scène électro bretonne et co-organisateur du festival. Cette quatrième année signe donc un réel succès et nous laisse imaginer que pour la cinquième édition, l’équipe du Made mettra encore la barre plus haut.

Auteur : Alia Euchi
Credits Photos
: f t n e

Close
Shadow Odissey © Copyright 2019. All rights reserved.
Close